Concert du Vendredi 16 Février 2018 20h30 Hôtel Mercure Tours Nord 11 Rue de l'Aviation 37100  Tours

Philippe Duchemin Trio

                                                          Philippe Duchemin: Piano
                                                          Christophe Levan: Contrebasse
                                                          Philippe Levan: Batterie

Chacun connaît le talent de Philippe Duchemin et sa filiation stylistique avec Oscar Peterson.
Son trio est un hommage au pianiste canadien.
La trouvaille tient au fait que le répertoire, un portrait musical du grand pianiste aujourd'hui disparu, est composé de pièces originales écrites par Philippe Duchemin ainsi que de compositions d'Oscar Peterson. Celles de Philippe, comme il se doit, font référence à des aspects pianistiques propres au locataire permanent du tabouret du JATP. Sont ainsi bien venues celles en relation à Bach (Oscar a écrit plusieurs pièces en hommage à ce compositeur) ou à Chopin (Ballade en Pologne), avec la part d'humour qu'il convient.
La formule « piano-contrebasse-batterie » confère à l'ensemble une souplesse rythmique formidable. (Jean-Luc Doigné)
                                                                                                       
                                                                                           
                                                                                                        Tarif: 24 Euros tout public.
                                                                              12 Euros (Adhérents Jazz Club, étudiants, demandeurs d'emploi).

                                                                                                        Réservez dès Maintenant!
                                                                                                        jazzclubdetours@free.fr
                                                                ou laisser message avec le nom et le nombre de places à réserver au 06 45 79 57 68
                                                      cet appel sera pris en compte automatiquement et il est inutile de demander une confirmation.

La Chronique du Concert de Chris.G.

Philippe Duchemin : la leçon de swing.
Si vous voulez savoir ce qu'est le swing, n'entreprenez pas de fastidieuses recherches linguistiques dans les ouvrages spécialisés (même avec une réserve de paracétamol), vous ne parviendriez qu'à de vagues approximations conceptuelles totalement inaptes à exprimer la transe qui vous fait bouger les membres et gémir les articulations. Non, si vous voulez vraiment assouvir votre curiosité, allez écouter Philippe Duchemin, comme l'ont fait les bienheureux qui ont assisté au concert qu'il a donné avec son trio le vendredi 16 février au Jazz Club, et qui en sont ressortis comblés et gais, car ce jazz-là, ni ne vous endort, ni ne vous ennuie, il « esbaudit et saoûle » !
Il faut dire que lorsqu'on est né à Toulouse, comme Claude Nougaro, avec lequel Philippe est en communion (voir son magnifique CD Dansez sur Nougaro, sorti en 2015, enregistré avec son trio et l'orchestre à cordes Kammerphilarmonia), on n'a pas le choix : le swing fait partie du patrimoine génétique, on ne peut lui échapper, même si l'on a commencé tout jeune (9 ans) par le piano classique. De ce passé-là, il reste d'ailleurs de magnifiques traces dans la musique de Philippe Duchemin, qui vous concocte depuis longtemps un cocktail détonant d'influences mélangées et parfaitement maîtrisées, allant de celle de Bach (avec sa remarquable composition Take Bach) ou de Chopin (avec sa très belle Ballade en Pologne, non interprétée ce soir-là) à celle de Monty Alexander et peut-être surtout, c'est désormais un lieu commun que de le dire, à celle d'Oscar Peterson, son principal inspirateur. Si Jean-Sébastien et Frédéric ne sont plus là pour apprécier le sort (tout à fait enviable) que le pianiste-compositeur a réservé à leurs oeuvres, les deux suivants ont manifesté à leur manière leur admiration pour leur talentueux disciple, le premier, qui présidait le jury, en lui décernant le premier prix ex-aequo du Concours international de Montauban de 2011, et le second en affirmant dès 1994, lors de la sortie de l'album Three pieces : « j'aime beaucoup ce pianiste français » (« I very much enjoy this french pianist »). On ne peut que saluer la splendide et déjà longue carrière - oui, c'est un homme qui, depuis Toulouse, a fait du chemin …- (celle-là on ne pouvait pas la manquer !), de ce jazzman brillant et inspiré, qui a enregistré une cinquantaine de disques, dont une bonne douzaine sous son nom, et dont on doit souligner la modestie et la grande simplicité propres aux véritables artistes. Pour accompagner ce virtuose, à la technique irréprochable et à l'imagination débordante, le choix des frères (jumeaux) Le Van, qui ont eux aussi un beau parcours derrière eux, s'avère plus que judicieux. Voilà des musiciens qui soutiennent sans faiblir l'exubérance du pianiste, sont là et même un peu là, mais tout en paraissant ailleurs, extrêmement concentrés qu'ils sont pour surfer sur cette vague irrépressible et ne pas être emportés par elle. L'on est enchanté par le limpide phrasé be-bop de Christophe, et la subtile et infaillible pulsation rythmique de Philippe. L'ensemble produit continûment un concentré de swing, avec une mise en place parfaite et d'infinies nuances et variations qui ravissent l'oreille.
Pour cette envolée vers les cimes, le concert ne pouvait guère mieux commencer qu'avec Come fly with me, vieux standard dont Monty Alexander (coïncidence ?) avait déjà donné une très belle version en 1996 dans Echoes of Jilly's, l'album d'hommage à Frank Sinatra, qui l'avait beaucoup interprété lui aussi. Dans le répertoire du trio, il n'y a rien à jeter, et s'il fallait faire un choix, l'on s'arrêterait peut-être, mais c'est très subjectif, sur Take Bach, composition déjà citée, ou sur les hommages (excellemment) rendus par Philippe à ses pairs : Cantabile de Michel Petrucciani, Hymn for Freedom d'Oscar Peterson, ou encore Armando's Rumba de Chick Corea.
Est-il bien utile, pour satisfaire les grincheux de service, de trouver à redire à cette soirée ? En cherchant (la petite bête), on citerait pêle-mêle : des rideaux mal tirés en fond de scène (mais c'est juste pour faire enrager les organisateurs), un réglage un tantinet défaillant de la sono, qui a un peu fait « zinguer » le son de la contrebasse au début du concert, et peut-être surtout des interventions intempestives d'un voisin se croyant alternativement à Questions pour un champion ou à The Voice (version jazzy), mais ce ne serait là que broutilles et billevesées, bien impuissantes à gâcher notre plaisir. Si vous vous demandez Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux ? (titre de l'un des « tubes » de Ray Ventura dont le trio a donné une jubilante interprétation), retournez vite écouter Philippe Duchemin et ses complices : ils seront à Paris au Méridien-Etoile les 9 et 10 mars, avec le chanteur Christophe Davot et l'ensemble à cordes Cenoman pour leur spectacle Dansez sur Nougaro. Et allez prendre en toute impunité une nouvelle et revigorante leçon de swing !
 
                                                                                                                        Chris G.